Dans la série « je commente la politique française avec les pieds » : Der Spiegel

Poster un commentaire

5 mai 2015 par S. Martineau

"Tears of a Clown" (Image CC BY par Feans / flickr)

« Tears of a Clown » (Image CC BY par Feans / flickr)

Il y a quelques semaines, je vous faisais part de ma surprise quant au niveau des articles consacrés aux élections départementales françaises dans les médias allemands. Dans le même esprit, voici un papier du Spiegel mis en ligne hier, signé Stefan Simons et consacré à la brouille entre les Le Pen, père et fille.

Il est titré « Front National suspendiert Le Pen: Abtritt eines Clowns« , ce qu’on peut traduire par « Le Front National suspend Le Pen : sortie de scène pour un clown« .

Nous avons été plusieurs à réagir à l’emploi du mot « clown » qui pourrait faire passer Jean-Marie Le Pen pour un rigolo inoffensif. Mais le plus étonnant est de découvrir que ce mot est emprunté à Jacques Séguéla, le célèbre publicitaire à la rolex, grand expert en politique… Passons.

Ce qui gène surtout dans cet article, c’est l’image que semble avoir le Spiegel du Front National et de son électorat.

On peut ainsi lire, à propos de la provocation de Le Pen le 1er mai, venu défier sa fille en public : « C’était la fronde d’un homme qui s’était toujours invité dans les discussions avec ses paroles provocantes, sans remarquer au passage qu’il s’isolait de plus en plus de la base du parti avec son antisémitisme devenu un réflexe. »

La base du FN a des problèmes avec l’antisémitisme ? C’est nouveau.

Parce que la lutte contre « l’islamisation de la France » est devenue la priorité du FN « légitimé », on en oublierait cette haine des Juifs qui a si bien marché, si longtemps ?

L’antisémitisme est indissociable de l’histoire des extrêmes droites françaises (à propos de droites extrêmes, vous connaissez le blog d’Abel Mestre et Caroline Monnot ?). Ces différents courants que le « clown » Le Pen a été le premier à unir. Avant d’être aujourd’hui marginalisé.

Un peu plus loin dans le même article, on apprend que la retraite forcée de Le Pen père est, « pour la jeune garde de cadres frontistes agiles et plein d’avenir, une purge personnelle qui était en souffrance ».

Donc ces jeunes cadres ont intégré un parti obsédé par l’autorité, la nation et le trop grand pouvoir des Juifs, mais ils ne s’identifient pas du tout avec ces valeurs de la vieille garde ?

Moi, si c’est comme ça je vais rentrer au PS et les convaincre qu’il n’y a pas d’alternative au néolibéralisme. Quoi ? C’est déjà fait ? Zut.

On poursuit la lecture et on arrive à un passage de choix. L’auteur est en forme.

« Mais surtout, c’est avec sa position sur le chef du régime de Vichy que Le Pen a fait son coming-out d’apologiste de la collaboration avec les Nazis. « Je n’ai jamais considéré le maréchal Pétain comme un traître », a déclaré Le Pen à propos de l’homme de main des Allemands. Il a ainsi choqué la majorité des partisans du FN. »

Hum…

Comment expliquer à ce journaliste ?

Pétain est un héros pour une partie de la droite bleue foncée. Et notamment la droite catholique tradi’. Il y a quelques années, un reportage en caméra cachée avait montré l’enseignement peu politiquement correct dispensé dans une école tradi’ de Bordeaux. Le cours d’histoire transpirait le nationalisme crade. Et Pétain était présenté en vrai héros, en opposition à De Gaulle donc, figure paternelle habituelle de l’histoire française officielle.

Cette popularité de Pétain n’est bien sûr pas étrangère à la politique antisémite de Vichy.

Les électeurs du FN ignoreraient-ils tout cela ? Et Marine Le Pen ?

En tout cas, c’est l’impression que l’on a en lisant cet article. Il reprend le story-telling du FN nouveau, devenu un parti respectable, qui trouve seulement qu’il y a beaucoup de musulmans en France. Et donne l’impression que Le Pen n’était qu’un vieux fou et que tout va aller mieux maintenant au pays des Bisounours ex-racistes.

Peut-être que Stefan Simons peut regarder ces images montrant des journalistes du Petit journal de Canal Plus agressés par des militants (et un député européen) FN lors de ce rassemblement du 1er mai. La haine qu’on y voit, c’est moi qui l’imagine ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bang !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 40 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :