Que faisaient Spacey et Schwarzenegger sur ZDF ?

Poster un commentaire

5 mars 2015 par S. Martineau

"Television" (Image CC BY-ND par ccharmon / flickr)

« Television » (Image CC BY-ND par ccharmon / flickr)

La France a(vait) les Sept d’or, l’Allemagne a la Goldene Kamera (Caméra d’or). Et lors de la cérémonie qui se tenait la semaine passée à Hambourg, plusieurs des prix les plus prestigieux sont allés – vous ne le croirez pas – à Tatort.

Il faut dire que les polars sont nombreux dans les rangs des nominés.

Meilleur téléfilm allemand : Tatort : Im Schmerz geboren (Né dans la douleur).

Meilleur acteur allemand : Ulrich Matthes pour le même épisode de Tatort (et aussi pour Bornholmer Strasse, que je dois encore regarder).

Un épisode certes original sur la forme, avec des références évidentes au théâtre tendance dramatique, mais un peu pesant. Genre gros clin d’œil : « Regardez bien, on fait une référence au théâtre ». Mais il est vrai que les acteurs étaient très bons.

Wotan Wilke Möhring, dont je vous parlais là, était nominé également… pour un autre Tatort.

Le prix de la meilleure actrice est allé à une habituée des récompenses, Martina Gedeck, pour Das Ende der Geduld (La Fin de la patience, pas vu).

En fait, la cérémonie m’a davantage fait penser aux César qu’aux Sept d’or. Peut-être parce que la frontière entre cinéma et télévision est plus perméable en Allemagne (même si c’est de plus en plus le cas en France aussi, ou je me trompe ?). Et peut-être aussi parce que les catégories sont assez recentrées sur les acteurs et les téléfilms, et laissent de côté les jeux télévisés et autres formats.

Hollywood an der Elbe

Il y avait là Kevin Spacey (meilleur acteur international) et Danny DeVito. Et aussi Susan Sarandon et Arnold Schwarzenegger (pour l’ensemble de son œuvre).

D’ailleurs  ça m’a permis de découvrir que je prononce de travers le nom de Schwarzi, ce qui a beaucoup fait rire quelques amis. Dans ma bouche, ça sonne apparemment beaucoup plus clairement comme Schwarze Neger… le nègre noir.

Un peu comme en France, ce genre de cérémonie oscille entre des moments touchants ou drôles, incarnés par des artistes que l’on apprécie plus ou moins et un côté « on est entre nous et on se distribue des prix ». Et rarement aux productions les plus ambitieuses artistiquement.

Enfin, le contraste entre le petit monde de la TV allemande et ces stars hollywoodiennes était assez drôle et l’actrice Cordula Stratmann en a tiré un sketch bien mené sur la « modestie allemande » –ces primés qui disent quasi-systématiquement que les co-nominés étaient meilleurs –et les Américains qui ricanent sur ces étranges émissions allemandes où ils ont eu l’occasion d’être invités.

Lors de leur passage en France, beaucoup d’artistes en promo passent par le Grand Journal de Canal. C’est assez peu risqué. En Allemagne, ça a longtemps été Wetten, dass..? (On pari que..?), show loufoque légendaire, disparu récemment de la TV publique après plus de trente ans de défis télévisuels en tout genre.

Je me souviens y avoir vu Lionel Richie chanter « Hello » après avoir aspiré l’hélium d’un ballon de baudruche. Pendant ce temps-là, un petit garçon, les yeux bandés, essayait de reconnaître ses camarades de classe en leur touchant les lobes d’oreilles. De la TV de qualité comme on en fait plus…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bang !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 40 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :