Munich 1980 : une bombe et beaucoup de questions

Poster un commentaire

7 février 2015 par S. Martineau

"Oktoberfest / Wiesn" (Image CC BY par JasonParis / flickr)

« Oktoberfest / Wiesn » (Image CC BY par JasonParis / flickr)

La première chaîne allemande diffusait cette semaine « Der blinde Fleck », un téléfilm coproduit avec Arte – Le Monde en avait parlé lors de la diffusion sur Arte en octobre dernier – et consacré à l’un des événements les plus mystérieux de l’histoire récente du pays : l’attentat de la Fête de la bière (« Oktoberfest » en allemand).

L’explosion d’une bombe le soir du 26 septembre 1980, à Munich, avait fait 13 morts et plus de 200 blessés.

À l’époque, l’enquête avait conclu qu’il s’agissait de l’acte d’un jeune homme isolé, Gundolf Köhler, tué par sa propre bombe.

Le téléfilm revient sur les efforts d’un journaliste de la radio régionale publique Bayerischer Rundfunk (BR), Ulrich Chaussy, pour prouver qu’au contraire des témoignages concordants faisaient état d’au moins deux autres hommes présents sur les lieux peu avant l’explosion, en compagnie de l’auteur présumé. Et aussi d’une éventuelle deuxième bombe.

Surtout, l’enquête laissait largement inexplorée la piste de l’extrême droite. Le jeune homme avait appartenu à un groupe d’auto-défense armé, inquiet d’une éventuelle prise de pouvoir par les communistes en Allemagne de l’Ouest.

Or, ce groupe, comme c’est souvent le cas en Allemagne, avait été infiltré par les services de renseignement allemands, qui avaient visiblement sous-estimé sa dangerosité.

Jusqu’à aujourd’hui, la version officielle reste celle du tueur isolé, malgré l’existence d’un fragment de bras retrouvé sur les lieux et n’appartenant ni à l’auteur présumé, ni aux victimes. Un bras qui a… disparu dans la nature. Le reste des preuves collectées à l’époque ont été détruites sur ordre de la justice en 1997.

Toutefois, la diffusion du téléfilm par Arte semble avoir décidé la justice à se remettre en question, à la satisfaction du journaliste Ulrich Chaussy, qui intervenait dans un reportage proposé le même soir. Le parquet fédéral a décidé en décembre 2014 de rouvrir une enquête sur ces événements.

Une enquête qui risque fort de mettre en cause les autorités bavaroises de l’époque, ainsi que l’institution judiciaire.

Cela me fait penser que j’avais vu il y a déjà quelque temps un documentaire assez étrange sur le sujet, déjà sur Arte : « Le réseau Gladio – Armées secrètes d’Europe ». Il évoquait, de manière très peu critique, la piste des services secrets américains.

Ceux-ci auraient mis en place en Europe de l’ouest un réseau de petits groupes clandestins armés, chargés d’intervenir en cas de coup de force communiste (ou de victoire électorale). Leurs membres étaient recrutés plutôt à l’extrême droite, étaient armés, entraînés et pas toujours très stables. Ce « documentaire » émettait l’hypothèse que des éléments de ce réseau Gladio auraient commis l’attentat de Munich.

Autant l’existence même de Gladio ne me semble pas inimaginable (son rôle est suspecté également en Italie, derrière d’autres attentats meurtriers). Autant la manière de présenter les choses (et les gens qui relaient ces informations) me laisse assez sceptique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bang !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 40 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :