L’humour nord-allemand

Poster un commentaire

27 novembre 2014 par S. Martineau

"Eifel - Vlatten" (Image CC-BY 2.0  transportfiets.net / flickr)

« Eifel – Vlatten » (Image CC-BY 2.0 transportfiets.net / flickr)

Parce qu’il faut un peu varier les plaisirs quand il y a des polars tous les jours à la télévision, il arrive que le Krimi donne naissance à des sous-genres : comme la comédie criminelle satirique.

Vous ne connaissez pas ? Eh bien c’est de ce genre – selon la version en anglais de Wikipedia – que relève la série « Mord mit Aussicht » (Meurtre avec vue), diffusée en ce moment le mardi soir sur ARD. On pourrait dire aussi campagnarde. Et loufoque collerait peut-être mieux que satirique. Mais passons.

C’est l’histoire de Sophie Haas, une commissaire criminelle principale (Kriminalhauptkommissarin) interprétée par Caroline Peters – Uderzo ne renierait pas son visage – qui se retrouve mutée à Hengasch, un bled de la région montagneuse de l’Eifel, au sud de Cologne.

Dur, pour cette ambitieuse citadine. Les crimes ne courent pas les chemins de campagne et les vieux châteaux.

Et quand un méfait est finalement commis, elle ne peut compter que sur l’assistance très moyennement éclairée de ses collègues Bärbel et Dietmar (qui dort actuellement au poste pour échapper aux tensions épouse-belle-mère chez lui).

Des collègues qui, à la question « Vous vous voyez où dans dix ans ? », rétorquent après une hésitation, soulagés d’avoir trouvé une réponse si sensée : « À Hengasch, bien sûr ! »

Que découvre-t-on sur l’Allemagne en faisant – un peu éberlué – ses premiers pas dans l’univers « Mord mit Aussicht » ?

Un certain humour pince-sans-rire typique du Nord allemand (donc pas forcément typique de la Rhénanie, où se passe l’action), à en croire une grande consommatrice de Krimis.

On est beaucoup dans le non-dit, le portrait au vitriol… On accompagne des personnages au physique caricatural, à l’intellect limité, mais quand même bien gentils. On sourit des faiblesses des uns et des autres. C’est suffisamment gros pour ne pas être méchant. On observe avec amusement les mobiles dérisoires à l’origine de crimes que personne ne semble – sérieusement – vouloir élucider.

Pas le genre de série à créer des angoisses sur la violence supposée du monde moderne.

C’est tout l’opposé d’une série comme Les Experts. Les personnages n’ont pas vocation à susciter l’admiration. Ni même à faire réfléchir sur les valeurs de la société. Et le suspense est banni. À Hengasch, on enquête quand on a le temps, quand on n’est pas trop pris par ses problèmes de couple ou ses aventures d’un soir. On tombe en panne en pleine campagne, on fait sécher ses chaussettes au-dessus de son bureau, on fait de la randonnée en forêt.

Serait-ce différent si les personnages étaient téléportés en ville ? Pas sûr. Ils semblent avoir leur inertie propre.

Et le téléspectateur dans tout ça ? Il sourit. Il ne rit pas franchement. Il ne rit pas jaune non plus. Il n’est pas mécontent de retrouver ces personnages chaque mardi soir. Mais il reste un peu sur sa faim. Quand même.

En parlant de rester sur sa faim, j’apprends qu’un film tiré de la série est actuellement en tournage ! Sortie prévue au ciné début 2015. Oh bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bang !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 40 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :